Imprimer

Jeunesse Coopérante

Dans Pérou, Revue du Centre Saint-Viateur par Viateurs Canada le 03/03/2015

Cette année, le Centre Saint-Viateur a accueilli Maitalen, Gorka, Leire, Josune, Maggi, Sergio et Myriam comme coopérantes du Pays Basque. Deux d’entre eux nous content leur expérience.

J’ai dessiné de nombreux visages!

En arrivant ici, quand on m’a dit dans quels secteurs j’allais travailler, j’ai eu peur puisque j’étais habitué avec des enfants. Savoir que j’aurais des classes d’adolescents, je ne me voyais pas apte pour cet âge.

Jeunesse coopérantePour moi, le Centre Saint-Viateur est un centre merveilleux, comme une utopie à l’intérieur de Collique. En effet on y travaille plusieurs champs différents avec les enfants, les jeunes et les mamans, et finalement c’est un lieu de rencontre de toute la famille.

Toute la famille travaille ici ensemble et ce ne sont pas des projets isolés, mais plutôt des activités qui interagissent entre elles. Elles se réalisent chaque jour pour que les familles soient en interaction entre elles, pour cela je crois que c’est un centre très complet.

Je sens qu’il s’y réalise un travail intégral. Quand tu échanges avec les familles on sent que le Centre est au cœur de leur vie. Ce qui aussi les unit, c’est le travail qu’on y réalise car certaines familles qui arrivent au Centre avec des désunions vivent un processus grâce aux activités et cela conforte ces familles vers plus d’union.

Je pars avec une expérience, des sourires, et de l’affection.

Gorka Iparraguirre, éducateur social

Le plus difficile, c’est de s’en aller!

Mon expérience à Collique a été très intense, avec beaucoup d’émotions. J’ai aimé partager les histoires de tout ce monde qui vient au Centre Saint-Viateur.

Au début ce fut un peu difficile de m’adapter parce que le changement est énorme. Tout est différent! Il n’y a rien de semblable à ce que j’avais vu auparavant. Mais je crois qu’à la fin le plus difficile ce ne fut pas de vivre ici, mais plutôt le fait de partir.

J’ai travaillé des sessions individuelles de thérapie avec les enfants, garçons et filles, et avec les mamans. Les après-midi, j’ai appuyé les jeunes dans les tâches scolaires et quand je le pouvais, je m’échappais pour aller à l’atelier de pâtisserie avec les mamans.

J’espère avoir apporté de l’affection et un peu de bonheur à la vie des familles avec lesquelles j’ai travaillé. De mon côté j’emporte beaucoup d’affection et je crois que je n’avais jamais reçu tant de bisous consécutifs dans toute ma vie! Je considère important voir d’abord pour ensuite savoir quoi faire et ne pas avoir peur de proposer des idées nouvelles à essayer, car les gens ici sont très ouverts à les accueillir.

Myriam Ondarre Diego, psychologue

Vous aimerez peut-être lire :

Mots-clés : , ,