Imprimer

Remerciements au nom des jubilaires

Dans Divers, Viateur par Jacques Houle c.s.v. le 26/05/2015

Remerciements au nom des jubilaires, Gérald Belcourt et Jacques Houle, à l’occasion du 50e anniversaire de leur profession religieuse. 1965-2015 : la vie consacrée, un écrin pour la foi.

MonastèreIl y a 50 ans, Gérald et moi étions dans ces murs. Ils étaient alors fermés d’une clôture, bien symbolique va sans dire, mais clôture tout de même. Et on y travaillait fort à se mesurer à ce que nous pensions que serait la vie religieuse chez les Clercs de Saint-Viateur.

Mais nous étions en plein concile et dans notre for intérieur nous sentions que nous étions peut-être les derniers novices de la stricte observance. Ce fut le cas.

Nous étions 18 à la prise d’habit et 10 à faire profession. Après 50 ans nous ne sommes plus que deux. Il s’en est passé des choses depuis le 16 août 1965. La vie a fait son chemin.

Pendant que j’étais curé à Vourles, j’ai eu l’occasion d’aller à l’Abbaye de Haute-Combe sur le Lac du Bourget. C’est dans la Savoie à deux heures de route. Cette vieille abbaye médiévale est confiée depuis quelques années à une communauté oecuménique, la Communauté du Chemin Neuf.

La prieure responsable depuis l’automne 2008, Sonia Béranger, nous avait confié que c’était la communauté qui l’avait enfantée à une foi adulte, à une expérience de foi ouverte. Sa foi nous disait-elle, était sa perle précieuse. Et pour son trésor, il lui fallait un écrin. Cet écrin sera celui de la vie communautaire.

Les propos de Sonia Béranger m’ont rejoint profondément. Ont rejoint l’expérience qu’a été la mienne chez les Clercs de Saint-Viateur depuis 50 ans. La vie consacrée fut et est encore un écrin pour ma foi. Je ne voudrais surtout pas comparer cet écrin à d’autres, mais pour Gérald et pour moi, à cause de ce que nous étions et de ce que nous sommes encore, ce fut et c’est encore le plus beau.

Notre expérience croyante a trouvé chez les Viateurs, comme nous disons maintenant plus simplement, l’espace dont elle avait besoin pour prendre racine, pour ensuite se traduire bien concrètement à travers les engagements qu’ont été les nôtres depuis 50 ans.

Par ailleurs, parler de vie consacrée, parler de vie communautaire, évoquer 50 années de fidélité, c’est nécessairement penser à toutes ces personnes avec qui nous avons fait un bout de chemin :

  • Il y a eu ces frères avec qui nous avons partagé le quotidien.
  • Il y a eu ces supérieurs qui ont fait confiance aux turbulents soixante-huitards que nous étions.
  • Il y a eu ces compagnons et ces compagnes de travail avec lesquels nous avons partagé nos engagements apostoliques, quelques-uns sont aujourd’hui associés à la communauté.
  • Il y a eu aussi les membres de nos familles et les précieux amis qui nous ont supportés et encouragés même dans les passages difficiles.

De tout cela nous rendons grâce aujourd’hui. Pour tout cela, Gérald et moi voulons surtout dire merci.

Merci de votre amitié,
Merci pour la fête, merci d’y être venu,
Merci à toi Nestor et aux membres de ton conseil,
Merci à nos amis les Chanteurs de la Place Bourget,
– c’est toujours un beau plaisir que de les entendre –
Oui, merci, un merci qui loge au cœur de ce joyeux refrain :

Magnificat, magnificat, mon cœur exulte d’allégresse !

Vous aimerez peut-être lire :

Mots-clés : , , , , , ,