Imprimer

Retour sur le Forum social mondial de Montréal

Dans Bulletin d'information par Lindbergh Mondésir c.s.v. le 23/09/2016

Du 9 au 14 août 2016, s’est tenu à Montréal le Forum mondial de théologie et libération (FMTL) concomitamment avec le Forum social mondial (FSM).

Forum social mondial du 9 au 14 août 2016À ce carrefour se sont rencontrés plus de quatre cents théologiens et théologiennes, hommes et femmes venant d’Afrique, d’Amérique de Nord, d’Amérique du Sud, des Caraïbes, d’Asie et d’Europe, qui sont engagés dans la lutte pour la justice sociale, l’égalité homme‐femme, la défense des peuples autochtones, l’accueil et le respect des migrants, la sauvegarde de la « maison commune » (protection de l’environnement et exploitation minière (écocitoyenne) et la promotion de l’interculturalité.

Ce sont des personnes qui pensent la théologie dans une perspective libératrice et qui agissent dans leurs divers milieux pour qu’advienne un autre monde plus respectueux de l’humain et de la création.

La thématique qui a guidé les différentes réflexions et les divers ateliers était : « Résister, espérer, inventer : un autre monde est possible ». Elle fit écho à celle du FSM, à savoir : « Un autre monde est nécessaire, ensemble il devient possible ».

Le P. Bernard Paquette nous parle du Forum comme un espace de rencontre œcuménique, dialogal et pluriel, entre les groupes et les individus qui proposent des critiques des multiples formes de domination et d’oppression, et qui construisent un autre monde nécessaire et possible.

Le FMTL établit une relation entre « théologie » et « libération » en créant des liens et en favorisant le réseautage entre les différentes théologies sur la scène mondiale qui s’inscrivent dans cette perspective.

Le père Bernard Paquette et moi avions pris part activement à l’organisation comme membres du comité organisateur qui comptait quarante personnes sous la coordination du Réseau œcuménique, justice, écologie et paix (ROJEP). Il a servi notamment comme traducteur du français à l’espagnol (vice versa) et comme membre du comité de logistique.

Quant à moi, j’ai rendu service comme membre des comités de programmation et de célébration, président d’atelier, panéliste et animateur conjoint de la journée de clôture.

En dépit de quelques difficultés, dont l’absence d’un panéliste africain pour cause de visa canadien et une faible participation des gens du Sud, la septième édition du Forum mondial de théologie et libération, la première du genre organisée en Amérique du Nord et dans un pays du G8, fut un succès. Car elle a permis à vingt‐cinq organismes d’animer divers ateliers qui appellent à des changements de mentalité pour plus de justice sociale, d’engagements communautaires et écologiques, d’une part.

Elle a offert, d’autre part, à soixante‐dix personnes expertes et/ou engagées dans leurs communautés ou leurs milieux un cadre approprié pour partager avec l’ensemble des quatre cent vingt‐cinq participant‐e‐s leurs réflexions théologiques ou leurs expériences pratiques.

L’heure est maintenant à l’application concrète des données assimilées en vue de l’avènement de l’autre monde nécessaire pour l’épanouissement total des hommes et des femmes de notre temps et du temps à venir.

Souhaitons que les fruits de ce 7e forum nous aident à résister à la tentation de l’immobilisme, à espérer avec lucidité que le meilleur est à venir et à inventer de nouveaux pas de danse dans nos communautés d’ici et d’ailleurs.

Vous aimerez peut-être lire :

Mots-clés : , , , , ,