Imprimer

Richard Boulet et ses souliers de course

Dans Bulletin d'information par Ludger Mageau c.s.v. le 28/10/2018

Richard Boulet, c.s.v.Le père Richard Boulet et ses souliers de course sont arrivés au monastère Querbésien d’Outremont à la fin d’août.

Le père Richard y fait son nid après plusieurs kilomètres en pastorale auprès des malades et des vieillards, et cela pendant 14 ans, dans trois C.H.L.D au diocèse de Valleyfield.

Les gens de Côteau-du-Lac, d’Ormstown et de Salaberry-de-Valleyfield se souviendront de cet homme de Dieu, toujours chaussé de baskets Adidas.

Que de pas dans ces centres de santé pour apporter à plus de personnes possibles une présence affective et spirituelle! Quelques personnes en témoignent.

Je suis peiné des changements apportés aux services spirituels dans les hôpitaux et les centres. Je comprends votre décision d’aller servir au sein de la communauté. Notre diocèse perd un pasteur selon le cœur de Dieu. Je vous invite pour un repas chez moi. (Mgr Noël Simard)

Reconnaissance! Car sans toi je ne serais pas ce que je suis aujourd’hui. Mon époux Martin et moi te disons merci pour tout. (Lina Rousseau, bénévole)

Je suis désolé de voir le diocèse se priver de ta présence et de tes attentions spirituelles auprès des souffrants. Très grand merci pour ce que tu as été pour ma mère. Pour elle, vivre une heure sainte d’une demi-heure avec toi, toucher au Seigneur présent dans l’ostensoir, se recueillir autour des luminaires qui réchauffaient son chemin difficile, ce furent des moments de grâces. (André Lafleur, vicaire général)

Je me considère choyé d’avoir été votre collègue et sachez que j’ai grandement apprécié votre grande ouverture, votre grande humanité et votre grande bonté dans le service. On dit que votre nom résonne sur tous les étages du Centre. (Denis Robineau, récréologue)

En 2004, Richard m’a rejoint au presbytère de Saint-Louis-de-Gonzague et a succédé au père Gérald Belcourt dans cet engagement auprès des malades. Je peux témoigner. Richard un grand priant qui s’est laissé imprégner par ces mots du psaume 119 : « Une lampe sur mes pas, ta Parole ».

Doué d’un don particulier, il pouvait toujours dénicher de nouveaux collaborateurs bénévoles. Chez les sœurs dominicaines, il met sur pied et anime une soirée mariale mensuelle comprenant un enseignement, le repas partagé et l’Eucharistie.

Notre confrère manitobain pourra chanter encore longtemps avec le québécois Félix Leclerc : « Moi mes souliers ont beaucoup voyagé ».

Ludger Mageau, c.s.v.
Le 2 septembre 2018

Vous aimerez peut-être lire :

Mots-clés : , , ,