Imprimer

Une étoile filante au Japon – Serge William Bationo

Dans Japon, Le religieux, Viateurs en mission par Gaëtan Labadie c.s.v. le 15/01/2014

Serge William BationoIl y a toutes sortes d’étoiles, mais ici au Japon nous avons avec nous, une étoile filante que tout le monde peut admirer. Cette étoile s’appelle Serge William Bationo.

Depuis son arrivée au Japon il n’a cessé de briller et d’attirer l’attention de tout le monde. Figurez-vous qu’en deux ans il a su maîtriser la langue japonaise au point qu’il fut accepté à l’université des Jésuites à Tokyo après avoir réussi l’examen d’entrée. Ce qui est un phénomène très rare pour un étranger.

À peine entré à l’Université le voilà qu’il se met à étudier avec une telle ferveur qu’il obtient des « A » pour la majorité des sujets et seulement quelques « B ». Les professeurs et les étudiants n’en reviennent pas. C’est vraiment une étoile filante. Ce qui le motive le plus c’est qu’il a hâte de devenir prêtre et de travailler avec notre équipe.

Cette année il a reçu les deux ministères de lecteur et d’acolytat. Ce dernier ministère lui fut donné par Mgr Mizobe le 8 septembre dernier. Ce fut une cérémonie toute simple avec la présence de nos associés et de quelques invités. Mgr Mizobe a insisté sur le fait que désormais nous devons le voir à l’autel pour accompagner les célébrants et être un vrai Viateur au service de la Parole et de la Liturgie. Un petit goûter a suivi la cérémonie et le mot de remerciement de Serge fut un bijou de mots bien choisis et surtout dans un japonais à faire la joie et l’orgueil de tous les viateurs.

Le lendemain de la cérémonie, il repartait pour Tokyo afin de travailler sa thèse de graduation. Parmi les quelques 15 personnes qui devaient présenter au moins les grands points de leurs thèse, Serge était le seul à avoir écrit toute sa thèse et les professeurs en étaient estomaqués. Les prochaines étapes sont les cours préparatoires au diaconat et au sacerdoce. Prions pour que notre étoile filante soit un gage du développement de la présence des c.s.v. au Japon. Malgré tout le temps qu’il met aux études cela ne l’empêche pas de s’occuper des vocations autochtones. En décembre il nous reviendra avec un jeune qui veut devenir prêtre et qui passera quelques jours avec nous. Nous espérons toujours que du renfort nous viendra aussi de nos autres Fondations.

Vous aimerez peut-être lire :

Mots-clés : ,