Imprimer

Hommage – Funérailles du Frère Raymond Roy, c.s.v.

Dans Homélies, Le religieux, Publications par Gilles Melançon c.s.v. le 12/07/2016

« Heureux désormais les morts qui s’endorment dans le Seigneur. Oui, dit l’Esprit de Dieu, qu’ils reposent de leurs peines, car leurs actes les suivent. »

Voilà la béatitude proclamée par Dieu lui-même et qui jette une lumière d’espérance sur l’existence de Raymond qui fut un service généreux et continuel à l’égard de ceux et de celles que Dieu avait placés sur sa route.

Cette béatitude est complétée par une autre qui sort de la bouche et du cœur de Jésus et que nous avons rappelée par l’extrait de l’évangile de saint Luc :

« Heureux est-il, car moi, le maître, dit Jésus, je prendrai moi-même la tenue de service et je le servirai à mon tour. »

Heureux le serviteur que le Maître trouvera à son travail : il en fut ainsi pour Raymond.

Attendre le Maître… pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte. Pour Raymond, le grand passage et la rencontre de son Seigneur se sont réalisés ce samedi 2 juillet dernier.

Raymond Roy c.s.v.Le service aura donc été le grand don qui caractérise la vie de Raymond et qui résume toutes les qualités qui ont été déposées en lui : l’accueil chaleureux, la simplicité, le sourire, tout lui semblait si naturel et si habituel.

En rappelant à la mémoire de notre cœur ce qu’il fut au milieu de nous, il nous semble que tout se passait sans surprise comme la lente maturation d’un fruit sous le soleil d’automne, qui prend tout son temps avant de se détacher de la branche.

Dans son existence, alors que les forces physiques s’enfuyaient progressivement, la vie de Dieu a pris le pas sur l’autre : « Oui, heureux le serviteur, que son Maître, en arrivant, trouvera à son travail ».

Mourir ainsi dans le Seigneur, c’est possible à celui qui a vécu dans le Seigneur.

Natif en 1925 de St-Narcisse-de-Beau rivage dans le comté de Lotbinière, il est arrivé à Amos à l’âge de 6 ans. Après ses études au primaire, il est entré au noviciat des Clercs de St-Viateur de Joliette en 1943.

Par la suite, il a enseigné pendant 16 ans dans différentes écoles de Joliette et de l’Abitibi.

Aussi, il a accepté d’être directeur dans différentes écoles. Et lorsque la librairie Querbes a été fondée en 1974, il a été directeur de cet établissement durant 13 ans. Pour finir, il a été économe provincial pendant 9 ans, tout en acceptant d’être directeur responsable de La Source.

Notre confrère fut au service de sa communauté généreusement : apportant le meilleur de lui-même, en mettant ses nombreux talents au service de la Congrégation.

Avec une telle vie de service, Raymond pouvait aller à la rencontre de Jésus, de façon paisible, et avec abandon.

Et par son passage parmi nous, il laisse un héritage précieux, témoin de la réussite du projet de Dieu dans sa vie.

Ceux et celles qui ont eu la chance de le côtoyer ne pourront oublier que pour chacun, il avait un sourire, un bon mot, une taquinerie.

Le sentiment qui domine en en ce moment est vraiment celui d’une humble Eucharistie : Père, nous te rendons grâce, de tout cœur.

Et de loin, nous communions à la joie sans fin de Raymond dont les yeux se sont ouverts sur le visage plein de douceur et de gloire, du Seigneur Jésus.

Il t’a cherché dans l’obscurité de la foi tout au long de sa vie religieuse, dans le service constant de ses frères.

Maintenant, il t’a vu et il sait : Tout ce qu’il a pu faire aux plus petits de ses frères, c’est à Jésus qu’il la fait.

Nous te rendons grâce pour la Parole de vie que tu prononces sur lui : « Viens, Raymond, béni de mon Père, reçois en héritage le Royaume. »

Amen.

Père Gilles Melançon, c.s.v
6 juillet 2016
Joliette

Vous aimerez peut-être lire :

Mots-clés : , , , ,