Imprimer

La communauté Sainte Béatrice de Laval célèbre le 50e de son église paroissiale

Dans Bulletin d'information, Paroisses par Ludger Mageau c.s.v. le 19/12/2015

La communauté chrétienne Sainte-Béatrice de Laval se rassemble pour célébrer le 50e anniversaire de son église paroissiale.

Église Sainte Béatrice de LavalEn ce samedi le 28 novembre, alors que la nuit cajole déjà le clocher effilé, l’église aux fenêtres étincelantes invite les membres de la communauté chrétienne à un rassemblement spécial afin de célébrer les 50 ans de leur église.

Plus de trois cents personnes participent à l’Eucharistie préparée avec compétence par un comité de liturgie bien rodé. Comme les bancs sont disposés en hémicycle selon l’architecture de ce temple, tous les gens de la nef se sentent partie prenante de ce qui se vit dans le sanctuaire.

À la gauche de l’autel, le président de la célébration le père curé Claude Aubé, c.s.v. accompagné du diacre M. Roberto Rossi et de la responsable de la catéchèse auprès des jeunes et des parents, Mme France Lepage, Viateur associée. Puis les lecteurs, jeunes servantes et servants.

Du côté droit du chœur, se joignent à la célébration l’animatrice de chant avec plusieurs diacres, dont M. Robert Carbonne, et plusieurs prêtres, anciens ou actuels collaborateurs, dont le père Nestor Fils-Aimé, c.s.v., supérieur provincial.

À la messe comme au repas de la fête qui suivra, les organisateurs ont relevé le défi d’aider l’assemblée à rendre grâce et à réfléchir sur trois mots : Tradition – Avenir – Diversité.

Tradition – Le rappel des engagements généreux de femmes et d’hommes pour l’éclosion d’une communauté fraternelle dès les années 1965 favorise l’expression de plusieurs intentions de prière à l’intérieur de la liturgie.

Diversité – Des bénévoles aux dons variés s’engagent généreusement dans des fonctions ou ministères multiples. Ce milieu est aussi caractérisé non seulement par l’intergénérationnel mais par l’interculturel. Au repas festif, à notre table, j’ai l’occasion de partager fraternellement avec des Haïtiens, des Boliviens et des Québécois.

Avenir – Le mot du père Curé ne peut être plus clair : « L’avenir de notre communauté chrétienne de Sainte-Béatrice est là, à condition d’une implication de plus en plus grande des personnes laïques. Il faut que des leaders se lèvent et prennent les choses en main. Ainsi nous pourrons embrasser l’avenir avec Espérance. »

Un mot des applaudissements. Tout au cours du repas un groupe de huit enfants reçoit la faveur des participants après chaque chant exécuté. Avec sa réserve habituelle, le père Curé Claude accueille volontiers plusieurs hommages.

Mais l’encens en cette soirée est réservé à Mme Aline Lacroix, secrétaire, dont le dévouement, l’enthousiasme et l’amour en font la pierre d’angle de cet édifice communautaire, dit communément Sainte-Béatrice.

Après avoir vécu avec plaisir cette fête paroissiale d’une communauté chaleureuse et vous en avoir décrit rapidement quelques pointes (picks), je ne saurais taire le nom de monsieur l’abbé Ludger Lahaise (1916-1993), curé fondateur de cette paroisse lavalloise.

Ludger Mageau, c.s.v.
Le 1er décembre 2015

Vous aimerez peut-être lire :

Mots-clés : , , , , , , ,