Imprimer

Visite pastorale au Burkina Faso

Dans Bulletin d'information, Burkina Faso, Mission, Viateur par Robert Jean c.s.v. le 28/04/2016

BaobabEn écrivant cet article sur la récente visite pastorale que le P. Gervais Dumont et moi (Robert Jean) avons effectuée dans la mission viatorienne au Burkina Faso, une image me remonte à l’esprit : le Baobab.

J’observe cet arbre au tronc imposant dans la cour de la communauté Louis-Querbes à Ouagadougou. Il me rappelle l’insertion viatorienne en terre burkinabè. Un sentiment d’action de grâce m’habite le cœur.

Notre communauté, malgré les défis de l’époque, avait osé implanter l’arbre viatorien qui est devenu ce qu’il représente aujourd’hui : une communauté en plein développement.

Statistiques

Mis à part les deux religieux burkinabè en mission au Japon, la fondation du Burkina Faso se compose actuellement de 20 religieux africains parmi lesquels 17 Burkinabè, 2 Togolais, un Nigérian, 4 religieux canadiens, 3 novices et 2 postulants burkinabè. Une mosaïque de l’internationalité!

Ils sont répartis en trois communautés locales et administrent deux œuvres viatoriennes dont le Groupe Scolaire Saint-Viateur (GSSV) à Ouaga, l’Établissement Louis-Querbes (l’ÉloQ) et la paroisse Saint-Viateur à Banfora.

À Banfora, la construction de l’église paroissiale (Paroisse Saint-Viateur) en chantier

La base de l’édifice est sortie de terre. Les travaux sont arrêtés depuis environ trois mois. L’évêque souhaite terminer cette construction d’ici deux ans. Espérons!

L’immeuble servant de bureaux pour la paroisse est construit et sert déjà avec fierté la communauté chrétienne. L’aménagement du site et l’ameublement restent à faire progressivement.

Les défis à relever

Ils sont nombreux. La fondation est en plein développement. Des demandes venant de plusieurs diocèses ne manquent pas. Mais il importe que l’on se concerte et qu’on évite de tomber dans l’activisme car les champs sont vastes. Plusieurs confrères travaillent en milieu scolaire; d’autres sont aux études. Ils espèrent ainsi contribuer au développement de la mission.

La communauté viatorienne

La fondation poursuit sa réflexion quant à la meilleure façon de s’ouvrir à l’association. L’assemblée de Madrid l’automne prochain pourrait-elle favoriser le démarrage de l’expérience de la communauté viatorienne au pays des hommes intègres?

Au terme, je tiens à remercier le conseil de la fondation. Tout était mis en place pour que cette visite pastorale se déroule bien. Nous en sommes très reconnaissants. J’adresse mes remerciements également à chacun des confrères pour les échanges pertinents et enrichissants que nous avons eus.

Que le Seigneur continue de vous accompagner dans votre belle mission!

Robert Jean, c.s.v.
Conseiller provincial

Vous aimerez peut-être lire :

Mots-clés : , ,